mercredi 1 août 2007

La fausse déclaration attribuée à Camille










Voici la preuve documentaire avec en prime l'extrait vidéo suivant qui relate un des stratagèmes mis-en-œuvre par Johanne Sarazin dans le but de tromper son entourage et les autorités compétentes. Il s'agit de copies des documents officiels, versés au dossier de la cour. Ces documents démontrent comment Mme Sarazin, en toute complicité avec son avocate, Adélia Ferreira et des agents du Service de Police de la Ville de Montréal (SPVM), dont la SD Christiane Malenfant (Centre Opérationnel Ouest) et Isabelle Maheu # 5193 (PDQ 27) ont manipulé un enfant de 8 ans afin d'éliminer le paternel de son quotidien, bénéficiant en cela de la corruption omniprésente au sein de ces institutions.

Fin septembre 2003, le Sergent-Détective Annie Vigeant, #4350, sans avoir effectué la moindre enquête comme elle le confirmera par la suite sous serment devant le tribunal, me rejoint et demande de bien vouloir me livrer pour avoir selon ses prétentions proféré des menaces de mort. Intrigué par cette conversation, je l'interroge brièvement à mon tour sur le cheminement de son « enquête » au sujet de ces allégations. Mme Vigeant me confirme alors n'avoir jamais eu connaissance de la requête en droit familial qui produit la fameuse déclaration attribuée à la petite.


Dans le but de l'aider dans son « enquête », je lui explique les incohérences soulevées dans cette "déclaration", particulièrement au niveau de la date de l'appel en question. Faut savoir que les enfants, accompagnés de leur père, participaient en cette date précise, à Québec à une réunion familiale annuelle, réalité confirmée au paragraphe 25 de la requête civile de la mère qui introduit la déclaration en justice...

Dans cette même conversation, j'en profite également pour rafraîchir la mémoire de Mme Vigeant
relativement aux dispositions de l'art. 140 du code criminel, qui concerne le méfait public, soit raconter des faussetés aux autorités dans le but d'incriminer à tort une tierce personne.

La requête produisant la déclaration attribuée à Camille lui fut promptement acheminée par fax,
accompagnée de sensiblement les mêmes explications et commentaires dans une lettre en guise de présentation de la télécopie.



Devant le Juge Louis-Jacques Léger de cour municipale de Montréal, celui-là même que son collègue
Boilard qualifie publiquement de paresseux intellectuellement, Annie Vigeant commence par nier catégoriquement avoir jamais reçu la requête en question avant de se rétracter devant la confirmation d'envoi.

Transcription des témoignages à la cour municipale
L'Affaire Camille nous confirme que Mme Vigeant et ses comparses bénéficient d'un condé, (Le Petit Robert : Autorisation officieuse d'exercer une activité illégale accordée par la police, en échange de services... ) dans l'exercice de ses activités professionnelles. Elle a également bénéficié de la complaisance du juge Léger, de la Commission de Déontologie Policière et du comité de révision de cette même Commission.

Cette affaire, tout autant que l'Affaire Dumas, documente l'immobilisme et la collusion existante entre tous les paliers de l'appareil de l'État, à commencer par le bureau du PM. Dans ces conditions, faut-il s'étonner que les
rats quittent le navire?

La Tribune de Genève, contrairement aux médias locaux n'a pas eu peur de dénoncer toute cette corruption sur la place publique

Hermil, un père entré en clandestinité


Affaire Hermil Lebel: une policière fabrique un mensonge



Québec: la guerre faite aux hommes

Url court : http://is.gd/Tq4guY

6 commentaires:

Anonyme a dit...

Voyons, voyons... Le S/D Annie Vigeant m'a interrogée pour 240 minutes, un excellent travail :) Le seul problème, son rapport et le DVD n'est même pas aux archives de la police de Montréal, évaporé.

Bisbille 101 a dit...

« son rapport et le DVD n'est même pas aux archives de la police de Montréal, évaporé. »

Qui a fait disparaître ces éléments de preuves ? Que cache cet univers de cachotteries ?

Bisbille 101 a dit...

@ Anonyme

Il n'y a pas lieu de publier dans cette espace des commentaires factices de personnes anonymes qui tentent de redorer le blason du SD Annie Vigeant.

Anonyme a dit...

Elle va surement devenir avocate comme la substitut H Boucher puis nomé juge comme juge L Douglas

Anonyme a dit...

Ajoutons que la prostitution est necessaire au palais de justice, mais les juges et autres haut fonctionnaires/dignitaire ont magouilé que cela serait plus commode de gardez ça dans la famille (ici la justice) car agir comme le commun des mortels risquerait de fuire très vite. Vigeant, Boucher et Douglas sont des exemples; incompétantes comme justiciable mais surement très bonne en levrettes.

Bisbille sang-un a dit...

Il ne faudrait certainement pas oublier que partout où il y a de l'homme, il y a de l'hommerie.

Ce milieu patauge dans le fric généré par les querelles et les conflits de ce monde, y compris celui qui est généré dans l'économie souterraine est-il important de préciser. Faut-il alors se surprendre que les moeurs y soient comparables à celle des milieux qui les rétribuent pour y maintenir un ordre fragile ?

Est-ce que les juges méritent l'immunité accordée dans l'exercice de leur fonction?

La vérité, toute la vérité sur les attentats du 11 septembre 2001